La laine de bois

Elle est naturelle et aide à préserver l’environnement, tout en assurant le confort de nos maisons, avec une facture d’énergie réduite, c’est la laine de bois…

Matière naturelle renouvelable par excellence, elle est idéale pour la conception d’isolants pour plusieurs raisons : pratiques, économiques ou écologiques. Si elle est bien gérée, la ressource est inépuisable. Au cours de sa croissance, un arbre absorbe, en moyenne, environ 1 t de CO2 tout en produisant dans le même temps 0,7 t d’oxygène. C’est pourquoi les forêts sont considérées comme des puits à carbone. Le CO2 absorbé sous forme de carbone reste fixé dans le produit fini. Il ne se libère de nouveau dans l’atmosphère qu’en cas de combustion.
Évidemment, le prélèvement ne doit pas être effectué n’importe comment. Pour lutter contre la déforestation, il faut privilégier les isolants dont la matière première provient de forêts gérées durablement. C’est le cas des produits bénéficiant des labels FSC ou PEFC.
De même, préférez les produits issus de coupes d’éclaircissage ou de déchets de scieries non traités. Ces points doivent être précisés par les fabricants sur les étiquettes ou dans les fiches descriptives des produits.
Il est possible de fabriquer plusieurs types d’isolants avec le bois comme les panneaux en fibres de bois compressé, les panneaux en fibres de bois flexibles et compressibles ou « laines de bois », les fibragglos, les fibres en vrac ou les granulés.

Les isolants en fibres de bois se présentent sous la forme de panneaux rigides de différentes densités. Leurs côtés peuvent être bouvetés ou lisses. Il existe également des panneaux semi-rigides ou « laines de bois » et des panneaux bouvetés ayant reçu un traitement pare-pluie à base de latex.


Pour la fabrication des laines de bois, les fibres du matelas isolant sont thermoliées avec des fibres de polyoléfines et traitées avec du phosphate d’ammonium contre l’incendie. Il existe également des isolants entièrement naturels sans recours aux additifs pétrochimiques dont les liants sont des fibres textiles extraites du maïs.
Les fibres de bois existent également en vrac pour la mise en œuvre par insufflation. Elles sont traitées avec du phosphate d’ammonium et de l’acide de bore.
Les panneaux de fibres rigides destinés au sarking, en tant que pare-pluie, se doivent d’être hydrophobes. Ils reçoivent donc un traitement au bitume, à la paraffine ou à base de produits naturels comme le silicate ou le latex. Contre les moisissures, du sulfate d’aluminium peut être utilisé. Il est sans danger.
La masse volumique des panneaux de fibres est comprise entre 110 et 250 kg/m3. Elle est de 50 kg/m3 pour les laines de bois.

Les isolants à base de fibres de bois sont les champions de l’inertie. Ils sont très appréciés pour leur capacité à accumuler de la chaleur, ce qui permet d’améliorer grandement le confort d’été, notamment dans les combles. Des panneaux de fibres de bois de 120 mm d’épaisseur retardent l’entrée de la chaleur dans la maison en offrant un déphasage pouvant atteindre 13 heures. Il est même possible d’atteindre un déphasage record de 15 heures.
Les isolants à base de fibres de bois ne présentent pas de danger pour la santé. Néanmoins, vérifiez les produits additifs qui entrent dans leur composition. Par exemple, les panneaux au bitume peuvent dégager des COV lorsqu’ils sont exposés à la chaleur en toiture.
Le bois est un matériau renouvelable, les isolants en fin de vie peuvent être compostés s’ils ne contiennent pas de produits chimiques. Préférez les produits bénéficiant de labels écologiques, comme Nature Plus, par exemple.
Si les laines ne requièrent pas beaucoup d’énergie grise (de 13 à 50 kWh/m3), la fabrication des panneaux de fibres est plus gourmande, soit de 800 à 1 400 kWh/m3 nécessaires. Le transport reste un inconvénient dans le bilan écologique de ces produits, encore peu fabriqués en France.

Le coefficient de conductivité thermique est compris entre 0,039 et 0,049 W/m.K pour les panneaux. Il est de 0,038 W/m.K pour la laine de bois et de 0,040 W/m.K pour les fibres en vrac. Comme pour tout type d’isolant, préférez des produits ayant reçu une certification ACERMI.
Le bon comportement au feu est assuré par ignifugation lors de la fabrication. De plus, en cas d’incendie, lorsque l’isolant est attaqué par la flamme, il se forme généralement une couche de bois carbonisé qui empêche l’apport d’oxygène et la propagation rapide du feu. Il n’y a pas de dégagement de fumées toxiques. Les panneaux sont classés E selon la réglementation européenne, c’est-à-dire qu’ils sont capables de résister à une brève attaque de petites flammes en limitant leur propagation. Comme la plupart des isolants végétaux, ils doivent être protégés de la partie habitable par des matériaux non inflammables, généralement des plaques de plâtre.

Les panneaux en fibres de bois et les laines offrent de très bonnes performances pour l’isolation acoustique, contre les bruits aériens et les bruits d’impact. Ils présentent la faculté d’absorber les sons dans toutes les plages de fréquences.
Les isolants à base de fibres de bois sont hygroscopiques : ils sont ouverts à la diffusion de vapeur d’eau et peuvent stocker l’humidité. Ils permettent la régulation hygrométrique de la maison et assainissent l’air ambiant. Dans ce domaine, les laines se révèlent légèrement meilleures que les panneaux à forte densité. Néanmoins, dans tous les cas, il convient de protéger l’isolant du contact direct de l’eau ou de l’humidité. La pose d’un freine-vapeur est souvent préconisée.
Le prix en fait un matériau abordable et de nombreux fabricants présents sur le marché proposent une offre variée de produits.
La laine de bois est utilisée pour l’isolation des solives, entre chevrons, ou sur les planchers des combles non aménagés, à l’intérieur des plafonds, pour les bâtiments à ossature bois, ou pour l’isolation intérieure des murs et des cloisons.
Les panneaux de fibres de bois sont utilisés pour l’isolation des toitures par l’extérieur, ou par l’intérieur entre chevrons ou solives, entre solives pour les combles perdus, pour l’isolation sous dalles ou planchers, l’isolation extérieure des murs sous bardages (ou sous enduit hydraulique pour certains produits), l’isolation des bâtiments à ossature bois, l’isolation par l’intérieur des murs et pour les cloisons.
Les panneaux de fibres pare-pluie remplacent avantageusement le film sous toiture tout en apportant de l’inertie.
Les fibres de bois en vrac sont destinées au remplissage des cavités fermées comme les vides de toitures en pente, les cloisons et les planchers.

D’après L’isolation © DFTG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *