Le guillaume

Le guillaume et un outil de profilage du menuisier. Le profilage consiste à travailler les chants. Le guillaume permet de réaliser des feuillures, des languettes et des rainures ou de les retoucher. On peut l’utiliser également pour dresser les épaulements de tenons, par exemple.


Cet outil ressemble à un rabot, avec ses particularités. Il est constitué d’un fût en bois très étroit, d’un fer et d’un coin. Sa taille ne permettant pas de créer une trémie, la partie située devant le fer est creusée, c’est l’entonnoir. Celui-ci permet également l’évacuation des copeaux, mais sur le côté. Autre particularité du guillaume : la largeur de son fer est parfaitement égale à celle du fût. Ce dernier peut donc servir de guide, puisque la coupe sera effectuée exactement dans son plan. L’angle d’attaque du fer est de 45° pour les modèles en bois. Il existait toute une famille de guillaumes destinés à des applications précises : guillaumes pour bois ronceux (fer relevé à 70°), pour retouches de côté, à élégi, à araser les lames de persiennes, à retoucher les queues ou encore à navette. On utilise le guillaume dans le sens du fil. On trouve encore des guillaumes à fût en bois dans le commerce. Outre le modèle classique, on trouve des versions avec un fer dont le tranchant est affûté en oblique. Les fibres sont alors tranchées, et le résultat obtenu est plus propre. L’utilisation est possible même sur les bois au fil difficile. Il existe également des modèles à contre-fer et à lumière réglables, qui permettent d’obtenir un état de surface avec un excellent fini, en limitant la taille des copeaux. Pour des rainures arrêtées, on utilise le guillaume en bout. Son fer est installé à l’extrémité du fût. On peut ainsi contrôler avec précision les passes à effectuer. Le guillaume double est un outil polyvalent. Il peut être utilisé comme guillaume classique, avec le fer installé au milieu du fût, ou en guillaume de bout, en déplaçant le fer dans le percement d’extrémité. Le fer des guillaumes à fût en bois se règle comme celui des rabots.


Les guillaumes existent aussi avec un fût métallique. Le principe du fer de même largeur que le fût demeure, mais il est plus incliné et bénéficie de réglages plus précis. La lumière est généralement réglable. Les côtés du fût, rectifiés, assurent un meilleur guidage et sont plus pérennes. Ils sont plus adaptés au travail en bois de bout ou avec les bois difficiles. Il existe des modèles réduits pour les travaux précis (modèles à queue) et des versions de paume.
On utilise un guillaume en poussant, comme les rabots. Généralement, on effectue une première passe le long du tracé en inclinant légèrement l’outil, guidé par les doigts de la main gauche à l’avant, légèrement sous la semelle. On crée ainsi une petite rainure qui guidera l’outil pour les autres passes, effectuées en tenant le guillaume parfaitement d’équerre jusqu’à la profondeur souhaitée.

D’après Le grand livre de la menuiserie © DFTG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *