Les chauffe-eau électriques à accumulation

La production d’eau chaude peut être assurée par un chauffe-eau électrique à accumulation. C’est un gros réservoir isolé thermiquement, muni d’une résistance et d’un thermostat. Il ne nécessite pas d’entretien particulier si ce n’est un détartrage de temps en temps. Il est propre, silencieux et offre une température constante. Pour des volumes importants, il peut fonctionner en permanence ou, si les besoins en eau chaude sont moindres, il peut fonctionner automatiquement sur le tarif de nuit (avec possibilité de relance manuelle le jour).

Le tarif heures creuses permet de produire de l’eau chaude au meilleur prix. Il faut prévoir l’installation du chauffe-eau électrique le plus près possible du principal point de demande d’eau chaude (douche, baignoire). Il est déconseillé de dépasser 8 m de canalisations. Si les divers points d’eau sont très éloignés les uns des autres, rien ne vous empêche de prévoir plusieurs chauffe-eau (un chauffe-eau de 15 ou 30 l, par exemple, peut être placé sous un évier). Le défaut de ce système est peut-être sa taille, car il faudra lui trouver un emplacement judicieux qui permette de le dissimuler, tout en laissant le maximum d’accessibilité en vue d’une réparation ou d’un remplacement. L’installation dans le volume chauffé de l’habitation est préférable en termes de déperditions thermiques.
Choisissez toujours des modèles performants. Préférez, dans la mesure du possible, un modèle vertical à un modèle horizontal. Il sera beaucoup moins sensible à l’entartrage et délivrera plus d’eau chaude en fin de réserve (la surface de mélange eau chaude/eau froide étant moins importante). Le tableau suivant présente les types d’appareils et leur capacité en fonction de vos besoins et du type de logement.


Il existe des chauffe-eau électriques instantanés qui s’installent directement au point de puisage, par exemple dans la douche. Ils sont pratiques en rénovation, mais présentent l’inconvénient de consommer énormément d’énergie et d’être sensibles à l’entartrage.


L’électricité peut aussi servir d’énergie complémentaire dans le cas d’un chauffe-eau solaire. Elle permet de délivrer le complément nécessaire lorsque les panneaux solaires thermiques ne produisent pas suffisamment d’eau chaude. Cette solution beaucoup plus chère est néanmoins très intéressante en termes de rendement, l’énergie solaire pouvant assurer facilement plus de 60 % de la chauffe.
Il existe également des chauffe-eau à accumulation thermodynamiques. Il s’agit d’un chauffe-eau couplé à une petite pompe à chaleur qui puise de l’énergie dans l’air ambiant et la transforme en chaleur (aérothermie). L’air peut être puisé à l’extérieur, dans l’air ambiant ou extrait d’une VMC. L’appoint est assuré par une résistance électrique. Les fabricants annoncent des économies de l’ordre de 70 % par rapport à un chauffe-eau à accumulation classique. La pompe à chaleur est généralement efficace pour une plage de température allant de –5 à + 35 °C. Un volume de local minimal est requis pour l’installation de ces appareils, sinon il faut prélever l’air extérieur. Le fonctionnement de la pompe à chaleur diminue la température du local. De plus, il est à noter que certains appareils peuvent se révéler bruyants.

D’après Le grand livre de l’électricité © DFTG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *