Des bois soignés grâce au rabot à replanir

Lorsqu’un travail soigné et un état de surface parfait sont nécessaires, l’outil traditionnel par excellence est le rabot à replanir. Il s’agit d’une version équipée d’une lumière étroite, plus petite qu’une varlope (20 à 25 cm), qui permet d’aplanir parfaitement une surface déjà dressée, mais également de reprendre l’affleurement des assemblages.

Sur certains modèles, la largeur de la lumière est réglable afin de détacher les copeaux les plus fins possibles. Autrefois, avant l’invention des papiers abrasifs, ils servaient à lisser les surfaces délicates, comme les placages.

On trouve des modèles à fût en bois ou métallique. Ces derniers possèdent tous un mécanisme de réglage de la lumière.
Il existe également des rabots à replanir avec faible inclinaison du fer. Ils permettent de détacher des copeaux d’une grande finesse et peuvent même être utilisés en bois de bout (comme rabot à recaler). Ils sont particulièrement adaptés aux bois difficiles (contrefil, fibres torses…).
Citons aussi le rabot-racloir qui permet d’obtenir un bel état de surface. Peu connu pour cette fonction, il est équipé d’un fer droit inclinable de + 10 à – 20° avec un réglage très précis. On le connaît en tant que rabot à racler avec un fer denté. Dans cette configuration il fonctionne comme un racloir, mais est plus efficace grâce à son poids et son fer. Le fer n’arrachant pas les fibres, mais les raclant, il peut être utilisé quel que soit le sens du fil. Il sera utile en ébénisterie ou en marqueterie pour retoucher des assemblages, éviter de grandes séances de ponçage, mais également pour décaper un vernis ancien.

D’après Le grand livre de la menuiserie © DFTG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *